Le savon : un produit de tous les jours à ne pas négliger

Savons

Dans le monde de la beauté, on parle beaucoup de produits comme les crèmes pour le visage, les huiles pour le corps, les gommages, etc. Mais on ignore souvent un produit que tout le monde utilise pourtant tous les jours : le savon (OK, sauf ceux qui utilisent du gel douche). Mais est-ce vraiment une bonne idée d’acheter le savon le moins cher du magasin, ou juste celui qui sent le meilleur ? À quoi devrait-on faire attention dans un savon ?

Une des premières choses à prendre en compte est la glycérine. La glycérine est un agent hydratant qui se forme naturellement lors de la fabrication du savon. Certaines marques enlèvent la glycérine de leur savon pour ensuite réutiliser la-dite glycérine dans des laits et des crèmes hydratantes. (Dans l’industrie de la beauté, comme dans le nature, rien ne se perd, tout se transforme…) Un savon à la glycérine va donc hydrater davantage la peau qu’un savon sans glycérine. Un inconvénient néanmoins, la glycérine étant soluble dans l’eau, le savon à la glycérine « fond » rapidement. Certaines personnes préfèrent des savons sans glycérine, très durs et très secs, parce qu’ils ont une plus longue durée de vie, mais d’un autre côté, ce type de savon risque aussi d’être assez agressif sur la peau. À noter que le véritable savon de Marseille est sans glycérine, bien que de nos jours, on trouve aussi des savons de Marseille glycérinés. Idem pour le savon d’Alep.

Puisqu’on parle d’agents qui adoucissent la peau dans le savon, abordons la question des savons surgras. Un savon surgras est un savon dans lequel il y a encore des huiles libres, qui n’ont pas été transformées en savon. Beaucoup de savons faits main sont surgras. Là encore, les huiles libres vont nourrir la peau et contrer l’action desséchante du savon lui-même.

Une des raisons pour laquelle j’ai commencé à faire mes propres savons est l’huile de palme. L’huile de palme est une huile bon marché, donnant un savon dur qui mousse bien. C’est pourquoi beaucoup de savons du commerce contiennent de grosses quantités d’huile de palme (identifiée sur l’étiquette comme Sodium palmate et Sodium palm kernelate). Mais l’huile de palme pose un problème écologique. En Asie du Sud Est, principal lieu de production de l’huile de palme, la forêt primaire est coupée afin de laisser la place aux plantations de palmiers à huile. J’évite donc d’utiliser de l’huile de palme dans mes savons, ou si j’en utilise, je choisis une huile de palme bio et durable.

Fruits du palmier à huile

L’huile de palme obtenue à partir de ces fruits est l’ingrédient principal de beaucoup de savons.

Un savon glycériné et surgras peut être très doux et s’utiliser sans problème sur le corps. Par contre, je ne recommande pas d’utiliser de savon sur le visage. La peau du visage est très sensible et un savon, même doux, peut être trop « décapant ». Pour le visage, je préfère utiliser un lait démaquillant suvi d’une lotion tonique. Cette petite routine nettoie et hydrate la peau en même temps. Si vous voulez vraiment utiliser un savon sur votre visage, je vous conseille d’éviter les savon riches en huiles de coco, palme, voire même laurier, et préférer les savons riches en huiles d’olive et amande.

En plus du savon lui-même et de la glycérine, une barre de savon contient divers additifs. Certains sont évidents, par exemple du parfum et des colorants. Les parfums peuvent être naturels ou synthétiques, mais n’oublions pas qu’ils sont une des principales sources d’allergies. C’est pourquoi je me méfie des produits trop parfumés en général. Beaucoup de savons industriels contiennent aussi du sel (Sodium chloride), qui reste du procédé de relargage – un lavage destiné, entre autres, à enlever la glycérine. Une autre série d’additifs, nommés agents de chélation, a pour but de réduire les dépôts dûs au savon. Le plus commun est le Tetrasodium EDTA mais on trouvera aussi le Tetrasodium Etidronate et le Pentasodium pentetate. Enfin, certaines barres contiennent des antioxydants, pour prolonger la durée de vie du savon, comme le Tetradibuthyl pentaerithrityl hydroxyhydrocinnamate. Comme vous l’avez sans doute devinés, ces additifs sont synthétiques et le Tetrasodium EDTA n’est pas mon préféré.

Voilà la fin de notre petit tour du savon. J’espère que vous êtes convaincu que le savon n’est pas un produit négligeable. Enfin, n’hésitez pas non plus à consulter mon article sur le savon de Marseille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s