Ne nous lavons pas les mains du green-washing

greenwash-paintMaintenant que j’ai crié mon amour pour l’huile essentielle de lavande, je peux me permettre de pousser un coup de gueule ! Quand je vais faire les courses au supermarché, il m’arrive de passer par le rayon cosmétiques. Pas pour acheter, mais juste pour regarder les nouveautés et m’informer des prix. Et immanquablement, je m’énerve en voyant tout ce green-washing.

Green-wash-quoi ? Le green-washing (littéralement, lavage au vert) est une pratique commerciale qui consiste à faire apparaître son produit comme écolo. Par exemple, en utilisant des mots comme « naturel » sur l’emballage (au passage, le mot « naturel » n’a aucune valeur réglementaire, ce qui signifie que n’importe qui peut l’utiliser à tort et à travers). Ou en utilisant la couleur verte et des images d’arbres ou de plantes. Ou encore en mettant l’accent sur un ingrédient à la mode, parfois même bio. Le mot important ici est « apparaître ». Parce que quand vous lisez la composition, vous voyez que le produit contient peut-être 1% de l’ingrédient bio en question, et 99% de produits chimiques.

Évidemment, avec l’intérêt croissant des consommateurs pour les produits naturels, les producteurs de cosmétiques pratiquent le green-washing à tour de bras. Après tout, ajouter 1% d’aloé vera à votre produit coûte moins cher que fabriquer un produit réellement naturel. Mais que faire quand vous êtes consommateur ? Comment ne pas tomber dans le panneau ?

Marketing et réalité

À gauche, les promesses marketing : de l’huile d’argan bio. À droite, la réalité : un peu d’huile d’argan bio et beaucoup de détergents synthétiques…

Il n’y a pas vraiment de solution miracle à part tourner la bouteille et lire la liste des ingrédients. Je sais que ce n’est pas drôle à lire (après tout, j’ai appris à non seulement à les lire, mais aussi à les écrire !). C’est pourtant la seule solution pour ne pas être dupe. Je prépare une liste des ingrédients communs en cosmétique qui pourra peut-être aider…

Il est tentant de choisir des produits certifiés Cosmebio ou autre. Mais attention de bien comprendre les règles des organismes certificateurs. Ainsi, un produit est parfois considéré comme naturel après avoir subi plusieurs transformations chimiques. Des produits comme le decyl glucoside, obtenu par hydrogénation à haute pression de l’huile de coco suivi de réaction avec le sucre, est ainsi accepté dans certains produits labellisés. Plus embêtant, plusieurs organismes certificateurs acceptent divers produits synthétiques, notamment des conservateurs, dans les produits qu’ils labellisent.

Alors, dites-non au green-washing. Si nous ne tombons plus dans le panneau, avec un peu de chance, on verra apparaître de plus en plus de produits vraiment naturels.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s